Originaire de Grande-Comore, dans l’archipel des Comores, Abou Chihabi est né en 1954. Très tôt, il compose ses propres chansons et intègre différents orchestres en tant que chanteur guitariste.

En 1974, il part en tournée en solo en Tanzanie, au Kenya et en Ouganda où il fera ses premières télévisions. De retour aux Comores, il forme son propre groupe : FOLKOMOR OCEAN, une formation d'avant-garde d’un style original, mariant habilement les sonorités folkloriques comoriennes, malgaches et africaines créant ainsi le folk comorien.

En 1976, Abou Chihabi devient célèbre aux Comores grâce à un concours organisé par le pouvoir "révolutionnaire" du moment, qui choisit sa composition comme nouvel hymne national. Alors que sa carrière est en pleine progression, un coup d'état la stoppe brutalement en 1978, obligeant Abou Chihabi à fuir le pays. Il s'expatrie au Kenya où il continue ses recherches musicales. Il se produit dans toute l'Afrique de l'Est, où il connaît un certain succès avant de partir en France en 1980.

Entre 1980 et 2000, Abou Chihabi fait plusieurs tournées en France, à l’étranger et en Outre-mer, il gagne plusieurs prix dont le concours RFI "découverte 1981", "Jeune chanson 82" au Quebec et il fait salle comble au MIDEM.

C’est en 1997 qu’il enregistre son premier album "Folkomor Ocean" à Paris, suivi deux années plus tard de l’album "Komoro Komoro" enregistré sur son île natale.

Au cours des années 2000, il décide de suivre une formation de pédagogie musicale (DUMI) et il rentre dans son archipel pour partager son savoir. C’est ainsi qu’il crée son école de musique en 2011. Parallèlement, il continue son activité artistique, accompagne de nombreux artistes et remonte le Folkomor Ocean pour se produire dans les Comores et l’Ocean Indien.

Abou Chihabi, aussi à l’aise à la guitare, au chant, au saxophone, à l’harmonica, qu’à la flûte traversière offre une musique riche en couleurs qui est le fruit de ses voyages et de ses rencontres. Sur scène, il sait marier harmonieusement les différentes facettes de son art pour créer une musique originale qui, à l’image de l’océan, ne connaît pas les frontières.

Mélangeant musiques traditionnelles comoriennes et africaines, ballades, et influences jamaïquaines ou encore sud américaines, Abou Chihabi se fait le chantre du multiculturalisme. C’est là l’essence même du folkomor : une musique aux multiples couleurs qui véhicule un idéal de justice et d’amour entre les peuples.

Clips Vidéos Acoustique
Emissions TV
Concerts

Tél. 06 39 66 60 05

www.abouchihabi.info

yautrunga@gmail.com

conception & réalisation : Tristan (04/2015)

crédit photos 101 district (MAYOTTE)

V 1.1 - MAJ 10/04/2015

Envoi du formulaire...

Le serveur a rencontré une erreur.

Formulaire reçu.